Bambou

Le Bambou

Introduction

Le bambou est apparu il y a 250 millions d’années. Il fait partie de la très vaste famille des plantes graminées. Il s’agit d’une plante ligneuse géante, ou plutôt d’une herbe géante.

Le bambou compte entre 60 et 90 genres et de 1100 à 1700 variétés, on en rencontre de toutes les tailles (de 20 cm à plusieurs dizaines de mètres), de tous les diamètres (22 cm chez les espèces géantes, et des records allant jusqu’à 40 cm chez certaines espèces), de couleurs, formes et feuillages différents.

Croissance et Floraison du Bambou

Le bambou est constitué d’une tige très dure (appelée le chaume ou encore canne) et d’une partie souterraine (les rhizomes) d’où partent les racines. On distingue ensuite deux sortes de rhizomes :

  • Les rhizomes traçants qui s’étendent sur des centaines de mètres sous la surface de la terre et qui donnent naissance à de nombreux rejets alignés
  • Les cespiteux reliés entre eux et qui donnent individuellement des touffes de bambous

Il existe pour chacun de ces deux types huit autres types de rhizomes ; Ces types poussent différemment suivant le climat.

Les avantages des rhizomes :

  • Ils évitent les glissements de terrains et l’érosion du sol en le stabilisant
  • Ils redonnent rapidement une couche végétale sur le sol déboisé
  • Ils permettent d’aérer le sol avec son vaste réseau racinaire

Les rhizomes donnent naissance, dans les deux cas, à de jeunes pouces de forme conique très pointue (appelées les turions) qui sortent de terre directement à côté des chaumes existants. Ce phénomène se produit le plus souvent d’avril à fin juin, et parfois en juillet-août pour de rares espèces.

Les turions sont recouverts de gaines robustes qui les protègent des prédateurs et au sommet desquels se trouvent une languette ou encore des faisceaux de languettes. Quand la tige devient assez dure, les gaines tombent et on peut alors observer les nœuds rythmant régulièrement le chaume de bas en haut. Les chaumes ressemblent ainsi à des successions de tubes fermés car ils sont pour la plupart constitués d’une tige creuse et de nœuds pleins.

Les bambous poussent tous les ans par paliers successifs. Autrement dit, les pousses de l’année ne grandissent pas plus que la hauteur et le diamètre déterminés par leurs paliers.

Les jeunes pousses sortent donc de terre avec la force et la grosseur des pousses qui les précèdent et ainsi de suite jusqu’au dernier palier.

C’est pourquoi les bambous peuvent croître jusqu’à 1m20 par jour chez les espèces géantes qui atteignent ainsi leur taille adulte au bout de dix à douze jours ; record absolu en matière de croissance journalière.

Quant à la récolte du bambou, elle se fait au bout de 3 à 5 ans en moyenne lorsqu’il a atteint sa maturité (lignification des cellules).

D’autre part, des branches naissent au niveau des nœuds et comportent également des nœuds d’où partiront des feuilles. La durée de vie des feuilles atteint facilement un an, elles restent vertes toute l’année.

chimonobambusa quadrangularis

 

La floraison est unique et finale. C’est à dire qu’elle marque le déclin de la plante. En effet, le bambou a besoin de produire des graines pour perpétuer l’espèce, et cette formation de graines demande une énergie telle que le bambou meurt épuisé.

Cependant, il arrive que certaines variétés fleurissent exceptionnellement sans subir de dommage. La floraison se produit de façon irrégulière (entre 20 et 70 ans selon les espèces et annuelle pour de rares variétés) et simultanément sur les bambous de la même espèce suivant leur âge et leur situation géographique.

Ce qui nous conduit à un problème de reproduction ; en effet la floraison du bambou affaiblit ses rhizomes et ses racines jusqu’à les tuer. C’est un des talons d’Achille du bambou, puisqu’en plus de cela, sa floraison est aléatoire.

  1. Feuillages du Bambou

Les feuilles du bambou sont à première vue globalement identiques entre elles. Mais, en les observant de plus près on constate de nombreuses différences. Les feuilles sont constituées d’une gaine, d’une ligule et d’un limbe : de la gaine enroulée sur le rameau sort le limbe. Parfois, à ce point d’insertion, se forment des excroissances appelées oreillettes, porteuses de cils de longueurs variées.

Les principales formes de feuilles sont les suivantes :

La couleur des feuilles est également différente selon les espèces. Elles sont majoritairement vertes mais peuvent aussi prendre des teintes jaunes ou blanches en hiver ou même toute l’année.

Il faut noter que son feuillage est persistant au cours des saisons, mais les feuilles du bambou sont caduques ; cela ne se voit pas car ses feuilles se renouvellent en permanence. Les feuilles sèchent tombent au sol et forment un humus naturel.

Caractéristiques des Chaumes

Couleurs des Chaumes

Elles peuvent être uniformes ou variées au fil des nœuds.

Elles peuvent aussi changer selon les saisons : les chaumes de Semiarundinaria fastuosa vert et jaune deviennent rouge vif en automne.

Formes des Chaumes

Les bambous peuvent avoir des formes étranges :

D’autre part, les diamètres des chaumes varient beaucoup : pour la plus petite espèce le diamètre est de 5 mm (le sasa), et pour la plus grande elle est de 35 cm (sur l’Ile de la Réunion). Cette variation est très aléatoire suivant l’espèce, le sol, climat et le pays. C’est pourquoi il y a un fort besoin d’adaptabilité quand on passe à l’échelle de l’industrialisation.

Silhouettes du Bambou

La forme générale du bambou est différente d’une espèce à l’autre :

  • Port droit et élancé
  • Port droit et incliné
  • Port retombant ou en parapluie
  • Port touffu

Les hauteurs de bambou sont également très variées, en voici quelques exemples :

  • Bambou nain (Sasa pumila) a une hauteur de 30 à 80 cm
  • Arundinaria a une hauteur de 2 à 3 mètres
  • Phyllostachys humilis a une hauteur de 3 à 5 mètres
  • Seminiarundinaria fastuosa a une hauteur de 5 à 8 mètres
  • Phyllostachys bambusoïde sulfura a une hauteur de 8 à 10 mètres
  • Phyllostachys pubescens a une hauteur de 15 à 30 mètres

Où Pousse le Bambou ?

Le bambou est principalement cultivé et exploité en Asie mais également dans les régions tropicales d’Amérique (Floride, Amériques du sud et centrale), d’Afrique, d’Océanie et dans l’extrême nord de l’Australie (cf. Annexe B p26 et p27). On les trouve essentiellement sous les climats chauds et humides, mais certains s’accommodent aussi des températures fraîches, voire froides et tempérées (le bambou peut pousser à 3000 m d’altitude, le record se situe à 5000 m dans les Andes de Quito et les températures supportées vont de -25°C à +45°C).

Le bambou n’est pas apparu de manière naturelle en Europe, il a été importé. En France, il est arrivé dans la bambouseraie de Prafrance à Anduze, qui est aujourd’hui l’une des plus importantes d’Europe. La bambouseraie fut implantée en 1855 par P. Mazel.